Get Adobe Flash player
(Genèse 28:10 - 32:3)
  • La sexualité dans le judaïsme

Vav, Vayetse


LE SECRET DES RAMEAUX

Dans la Parasha de cette semaine: Va-Yétsé, nous voyons naître les douze fils de Jacob, la communauté d’Israël. Tous des Tsadikim pas un seul "raté"... un sans faute, pour notre Patriarche. Comment a-t-il fait.?
Le secret en est contenu dans notre Parasha: (Gen.30:39)

"Or Jacob se pourvut de rameaux verts de peuplier, d'amandier et de platane; il y pratiqua des entailles blanches, en mettant a découvert la blancheur des rameaux. (...) Les brebis s’échauffèrent devant les rameaux, et produisirent des agneaux rayés, pointillés, mouchetés." (Gen.30:37-39)
Et plus loin: "Or chaque fois que les brebis se livraient avec ardeur a l' accouplement, Jacob exposait les rameaux a leurs regards dans les rigoles, pour quelles conçussent devant ces rameaux, mais quand elles s'y livraient languissamment, il ne le faisait point: de sorte que les agneaux débiles furent pour Laban, les vigoureux pour Jacob". (Gen.30:41-42)

Ces versets nous révèlent que le moment de l'acte de procréation et la façon de le pratiquer influencent le caractère et l'apparence physique de la progéniture; ce qui est valable pour les animaux l’étant aussi pour les humains.

Un Midrach nous rapporte l'histoire d'une reine qui donna naissance a un enfant noir alors qu'elle même et son époux étaient blancs.
Le roi pensa la mettre a mort, soupçonnant un adultère, mais survint un sage qui dit: 'peut-être a-t-elle songé a un homme noir, au moment du rapport.'
Et il s'est avéré qu'en effet, il y avait des formes noires dans les draperies de la chambre ou ils avaient copulé. La reine déclara qu'elle avait contemplé ces formes noires a ce moment la et y avait songé.

Lorsqu'un homme se joint a sa femme, si son imagination et ses pensées sont empreintes de sagesse et en accord avec de bonnes et convenables "Midot" (qualités), cette imagination, qui est sa pensée, possède sans aucun doute la force de sculpter une forme dans la goutte de semence suivant ce qu'il aura imaginé au moment du rapport sexuel.
 

COMMENT AMENER AU MONDE DES ÂMES DE "TSADIKIM"?

La sainteté ne se transmet pas comme une nationalité ou une appartenance ethnique.
Au niveau du "Sod" (Secret) on apprend en effet que les pensées et les intentions au moment de l'acte influencent la nature spirituelle de l'enfant a venir.
Si l' esprit est tourné vers la luxure et les pensées impures, l’âme qui sera happée a ce moment viendra du cote impur. Si par contre, l'esprit est tourne vers la pureté, l’âme émanera de la sainteté.

Non seulement il n'y a pas d’incompatibilité entre sexualité et sainteté, mais la sexualité et procréation participent de la sainteté.

Les commandements de croître et de fructifier ont une intention haute, la relation sexuelle doit être pour le nom du Ciel. L'on ne visera pas l’échauffement et l’ébullition de instinct, mais l'on visera a faire sortir une semence dans le monde pour que celle-ci donne naissance a un enfant qui accomplira la Thora et les "Mitsvot" (commandements) et pour affermir la ressemblance avec la forme d'en-haut. Lorsque l'homme dispose les pensées de son cœur vers le Ciel, il fait s’épancher une âme pure et propre.
Mais s'il copule dans l'intention de satisfaire son désir et son mauvais instinct, on lui envoie une âme impure.
D'un enfant ainsi conçu il est dit: "Les méchants sont dévoyés dés la matrice" (Ps.58:4).

A présent, nous voyons combien l'acte de l'accouplement est grand et a quel point il faut se sanctifier a cet instant en se concentrant sur le modèle d'en-haut, car c'est suivant la pensée et a partir de l'intention que l'homme exerce a ce moment que l'embryon sera forme. L’âme de l'enfant proviendra du cote vers lequel on se sera soi-même tourné...

Le moment le plus adéquat pour avoir une relation imprégnée de sainteté est la nuit de Shabat, car aucun mal n'y prédomine.

De même, il convient d'apaiser l'esprit de sa femme, de l’égayer, la préparer et l'attirer par des choses qui lui réjouissent le cœur, afin qu'elle soit en accord avec soi pour former de belles images et de nobles pensées.
 

EN QUOI LA SEXUALITÉ EST-ELLE SI PUISSANTE?

La sexualité est une profonde et divine énergie, une rencontre entre le corps et l’âme, laquelle se nourrit d'une relation sexuelle véritable, faite de décence et de pureté.
Elle ne peut s’épanouir de façon saine que dans le contexte de l'institution sacrée du mariage.
La sexualité possède elle-même un corps et une âme, une dimension physique et spirituelle.

Au moment ou D-ieu créa l'homme et la femme, ils ne constituaient qu'une seule et même image de Lui. Ce n'est qu'ensuite qu'ils furent séparés en deux entités distinctes.
"L'homme est appelé a quitter son père et sa mère afin de s'unir a son épouse, de sorte qu'ils ne fassent qu'une seule chair" (Gen.2:24)
L'homme et la femme ressentent en permanence ce besoin de se réunir. C'est cette union qu'incarne la sexualité. L'homme et la femme aspirent a ne former "qu'une seule chair" pour s'unir ainsi en D-ieu, a l'image duquel ils furent créés.

Rien de ce que nous pouvons être amenés a faire en tant qu’êtres humains n'est aussi divin que l'acte de créer une nouvelle vie, et que les générations se succèdent ainsi pour l’éternité.
C'est ce divin pouvoir qui confère a la sexualité sa mystique. C'est l'occasion ou jamais, pour l’être humain, de créer comme D-ieu Lui-même créé.

Le devoir de procréation est le premier commandement donne au premier couple, des qu'il eut été créé. Certes, l'acte sexuel a une fonction physiologique, mais il sert aussi a réaliser la volonté du Créateur qui est de peupler le monde. Cette finalité permet de sanctifier et de sublimer cet acte. Pourtant, indépendamment de cet aspect, l'acte sexuel est aussi acte d'amour, et "Mitsva" en tant que tel, car il est écrit: "D-ieu créa l'homme a son image, mâle et femelle il les créa". (Gen.1:27)

Nulle indignité ne frappe la jouissance charnelle, sous la seule réserve que l'homme soit le maître et non l'esclave de ses sens. La doctrine juive enseigne la voie de la sanctification, en dominant les passions, modérant les désirs, mobilisant les instincts pour la réalisation de la volonté divine elle-même.
 

COMMENT VIVRE UNE INTIMITÉ CONJUGALE SAINE?

Le judaïsme n'a jamais méconnu l'aspect sexuel de l'acte d'amour, mais les lois de "Taharat Hamichpakha" (pureté familiale) l'ont purifie et sublime, constituant le meilleur frein a la grossièreté et a la vulgarité qui risquent d’apparaître en ce domaine et de ravaler l'amour a un simulacre.

Une intimité conjugale saine participe de deux composantes: la discipline et la sanctification. Il nous appartient d'y faire preuve d'une maîtrise de nous-même et de considérer la sexualité sous un jour sacré.
Les enjeux sociaux et religieux qui se portaient jadis sur le culte dans le Temple de Jérusalem ont été transférés au niveau de la relation sexuelle.
Il convient d'aborder la sainteté de la sexualité avec la même crainte de si l'on pénétrait dans le Saint des Saints, la ou le moindre acte compte, ou la moindre défaillance n'est pas tolérable.

La sexualité est synonyme de transcendance et non de complaisance, elle permet la communion de deux âmes qui concourent ainsi a une édification sublime. C'est seulement en introduisant D-ieu au cœur de cette relation que l'homme et la femme peuvent surmonter le strict assouvissement de leurs pulsions; et le mariage constitue le seul environnement propice a une relation d'une telle teneur. Tout autre contexte est malsain et nocif.
Toutes les formes de sexualité ne sont pas acceptables. Le caractère sacré de la sexualité requiert a l’évidence une attitude conforme aux lois divines instituées par D-ieu. Et loin de désavouer la sexualité, celles-ci lui confèrent au contraire la profondeur indispensable pour épanouir les humains et briser l'asservissement aux passions qui conduit a la décadence sociale.

Basé sur:Lettre sur la sainteté de Charles Mopsik
Une vie pleine de sens de Simon Jacobson base sur l'enseignement du Rabbi de Loubavitch Menahem Schneerson
la préface du R. E.Gugenheim du livre: Le judaïsme et la vie conjugale de M.D. Tendler

yetse sexualite judaisme secret rameaux cette  jacob tsadikim comment brebis devant accouplement moment procreation influencent

Comparateur

Panier

Click title to display cart contents.
0 Éléments 0.00Eu

Controle de qualité

Teouda Mahon HaMishmeret Stam

Tous nos «Sofrim» sont reconnus et diplômés
du «Mahon HaMishmeret Stam» Bney Brak,organisme
international qui promeut l’intégrité Halakhique
de l’écriture des Sifrei Tora, Téfilinnes et Mezouzot.

Meguilat Esther

Nouveautés

Visiter notre section

Téfilinnes

Tefilines

Votre lettre dans la Toah

Artistes yeoudim

Kabbal-art.com

Visiter notre section Sefer Torah

Sefer Torah

Pesah La nourriture au dela de la matiere

Adn Juif de Sharazhel

Ping your blog, website, or RSS feed for Free