Get Adobe Flash player
(Genèse 25:19 - 28:9)
  • Mensonge et vérité

LE DROIT D’AÎNESSE

Tav, Toldot"Et Essav dit a Jacob: Laisse-moi, je te prie, manger de ce rouge, de ce rouge-la, car je suis fatigué. C'est pour cela qu'on a donné a Essav le nom d'Edom. (en Hébreu "adom" c'est la couleur rouge) Jacob dit: Vends-moi aujourd'hui ton droit d’aînesse." (Gen.25:31)

Dans notre parasha de Toldot: Essav échange son droit d’aînesse contre un plat de lentilles. C'est une métaphore qui nous indique qu'il a cédé la jouissance éternelle dans le monde futur, symbolisée ici par le droit d’aînesse, contre les plaisirs immédiats en ce monde ci, symbolises ici par le plat de lentilles, gourmandise destiné a assouvir immédiatement une grosse faim.

"Essav répondit: Voici, je m'en vais vers la mort; a quoi me sert ce droit d’aînesse? Et Jacob dit: Jure-le moi d'abord. Il le lui jura, et il vendit son droit d’aînesse a Jacob". (Gen.25:32-33)
Essav a choisi de s'attacher exclusivement a ce monde-ci en faisant fi de la promesse de la joie éternelle dans le monde futur. Il s'est attaché cœur et âme a d’ici-et-maintenant terrestre.


Originellement, ce droit d’aînesse permettait d'effectuer le service sacrificiel; ce Service servait a connecter le divin et le terrestre et ainsi, a procurer les énergies spirituelles nécessaires aux mondes.

Le droit d’aînesse est un privilège acquis par le premier né. Comment donc Jacob a-t-il pu racheter le droit d’aînesse a Essav son frère jumeau qui pourtant a vu le jour un peu avant lui?
Pour répondre a cela, il convient de se poser une autre question: quand sommes nous nés? A la sortie du ventre maternel, ou au moment de la conception? Il semblerait que ce soit a l'embryon conçu le premier que revient le droit d’aînesse

En d'autre termes, supposons que nous glissions a l’intérieur d'une éprouvette 2 balles. Celle qui aura été introduite la première sortira la dernière, alors que la balle introduite en second sortira la première.
Donc si ce droit est détenu par l’âme arrivée la première dans ce monde, et c'est bel et bien Jacob qui détient le droit d’aînesse. Jacob n'a, en fait, que rétabli l'ordre des choses.

 

LA VÉRITÉ ET LE MENSONGE

A première vue, Essav semble être l'innocent. Il ne fait que ce que son père lui a demandé. C'est apparemment Jacob qui, en la circonstance, fait preuve de fourberie.

Pourtant la Thora veut nous indiquer l'optique céleste sur ce qui constitue vérité ou mensonge. Jacob agit apparemment par ruse, mais c'est a son corps défendant. Il n'y a rien de personnel. Tout ce qu'il veut, c'est accomplir la volonté de D-ieu.

La vérité est ce qui est conforme au Bien et a la volonté du créateur. Par conséquent, l'homme ne pourra atteindre la vérité pure tant qu'il est domine par des instincts matérialistes, l’égoïsme et le mal: il ne peut en effet, être objectif et inévitablement, il modifie les faits en fonction de ses désirs.
Celui dont le choix profond va dans le sens de l’égoïsme et de la matérialisme ne peut jamais être totalement honnête.

Jacob, après avoir reçu les bénédictions que son père destinait initialement a Essav, sort de la tente presque au moment ou son frère allait rentrer. Essav se presente devant son père et la Thora nous dit: "Isaac fut pris d'un grand tremblement..." (Gen.27:33), ce que les sages interprètent ainsi: Lorsque Essav entra, l'enfer entra avec lui.

Isaac avait bien pressenti une tromperie, il avait eu l'intuition de quelque chose d'anormal ("la voix est la voix de Jacob...") (Gen.27:22), mais il en avait délibérément fait abstraction. D-ieu rassura Isaac sur le fait que ni lui, ni Jacob, n’étaient les véritables responsables.
Le mensonge, la tromperie avaient été perpétrés par Essav. Ils n'avaient fait, eux, que rétablir l'ordre des choses, l'ordre suivant lequel les choses devaient se dérouler.
Essav, "ce chasseur par sa bouche", avait lui-même provoqué cette situation fausse; leur action a eux venait seulement la rectifier.
 

LA FOURBERIE NE PAYE PAS

C'est précisément a propos d'Essav que la Thora nous prévient que la personne qui met son ambition dans un programme faux doit bien comprendre que tous ses actes sont marqués de cette tromperie, même ceux qui ressemblent extérieurement a des "Mitsvot" (B.A.)

En fin de compte, il s’avère que les "bonnes" actions des méchants ne sont qu'hypocrisie et duplicité destinées a capter la confiance des autres pour mieux les tromper.
Les succès qu'ils obtiennent en ce monde en récompense de leurs bonnes actions ne tardent pas a se transformer en armes destructrices, ce qui a toujours été leur but ultime, consciemment ou inconsciemment.

Les fourbes ne sont pas seulement exclus du monde a-venir. Ils n'atteignent pas non plus leurs fins en ce monde-ci. Ils se donnent beaucoup de mal pour rien, car en fin de compte leur ruses ne leur profitent pas; ils ne mangeront pas de leur chasse. En effet, D-ieu ne tarde pas a intervenir contre les trompeurs. Même s'ils semblent arriver a leurs fins, a la dernière minute, leurs manœuvres échouent.

Essav est le fondateur d'une civilisation d'hypocrisie qui se perpétue jusqu’à nos jours.
Ce "gentleman" n'est que mensonge de la tête au pieds et tout ce qu'il fait ne vient qu'ajouter a l'imposture de sa vie truquée. Il est nécessaire de contrecarrer ses plans a temps pour s'assurer qu'il perdra les bénédictions éternelles.
Il faut le démasquer devant son père; la principale victime de son hypocrisie. Finalement , son père réitérera en pleine lucidité son verdict: "Et il (Jacob) sera béni" (Gen.27:33).
 

LA RÉDEMPTION VIENDRA DE SION

L'homme a le pouvoir de gagner tous les trésors de ce monde ou de les détruire. Dans ce choix entre deux extrêmes, c'est la volonté seule qui décide.

La sagesse, la puissance et la fortune ne sont rien quand on ne les considère pas comme venant de D-ieu.
Quel que soit l'assouvissement des désirs que la puissance et la fortune procurent, cela ne peut être que temporaire. Bien vite, les années passent, sans rien avoir laissé. A poursuite les objets du désir amoindrit souvent la satisfaction que ces objets procurent, elle abrège la vie, provoque la perte de ce monde même pour lequel on a travaille si dur.

Il n'y a donc pas a s’étonner de constater que le progrès sans précédent de la science, l'abondance des biens et des techniques n'ont somme toute pas réussi a faire du monde un monde plus heureux. Nous croulons toujours sous les soucis, les guerres se multiplient et s'intensifient, l’humanité est menacée de destruction.
Tout cela, parce que l'homme s'obstine a utiliser ses dons prodigieux pour satisfaire son égoïsme et sa gourmandise, au lieu de les reconnaître pour ce qu'ils sont: des instruments donnes par D-ieu pour aider a réaliser les grands buts spirituels qu'il a fixés a la Création.

Le monde n'a pas été créé comme un but en soi, mais comme moyen de réaliser un dessein plus élevé: la plus grande expansion possible du divin et de la sainteté.

Le monde ne connaîtra jamais la paix tant que l’humanité substituera les buts matériels aux buts spirituels, c'est-a-dire en fait, jusqu’à la venue du Messie; alors Israël, le peuple de la Thora, retournera lui-même a la Thora, et a travers lui, le monde entier se mettra enfin en harmonie avec les buts divins de la Création.

Base sur: Mi'htav Me-Eliahou du Rav E. Dessler

toldot mensonge verite droit ainesse essav jacob laisse rouge contre lentilles eternelle monde futur gourmandise terrestre premier autre moment

Comparateur

Panier

Click title to display cart contents.
0 Éléments 0.00Eu

Controle de qualité

Teouda Mahon HaMishmeret Stam

Tous nos «Sofrim» sont reconnus et diplômés
du «Mahon HaMishmeret Stam» Bney Brak,organisme
international qui promeut l’intégrité Halakhique
de l’écriture des Sifrei Tora, Téfilinnes et Mezouzot.

Meguilat Esther

Nouveautés

Visiter notre section

Téfilinnes

Tefilines

Votre lettre dans la Toah

Artistes yeoudim

Kabbal-art.com

Visiter notre section Sefer Torah

Sefer Torah

Pesah La nourriture au dela de la matiere

Adn Juif de Sharazhel

Ping your blog, website, or RSS feed for Free