Get Adobe Flash player

Pourquoi a-t-on besoin d'un mikvé?


Il y a tros raisons fondamentales qui nécessitent un mikvé dans une communauté juive, les voici:
 

  • 1: Une femme ne peut avoir de rapports conjugaux avec son mari après sa période de menstruation sans s'être au préalable plongée dans un mikvé.
     
  • 2: Un non juif pour se convertir doit obligatoirement s'immerger dans un mikvé.
     
  • 3: La vaisselle fabriquée par des non juifs doit être trempée dans un mikvé.


    UN ACTE DE FOI

    Les lois ayant trait au mikvé font partie des lois appelées "Khoukim" c'est a dire décrets divins, que nous devons garder même si leur signification nous parait incompréhensible.
    Nous appliquons par la l'engagement que nous avons pris au Mont Sinaï en disant "Nahassé ve Nischma" nous ferons et (après) nous comprendrons.
    C'est la un acte de foi en D-ieu et envers le Judaïsme, que d'appliquer des commandements dont la signification nous reste cachée et qui de plus sont d'une justification difficile aux yeux des nations parmi lesquelles nous vivons.
    Cela prouve que nous mettons D-ieu au-dessus de notre compréhension intellectuelle, ce qui est la définition même d'un acte de foi.

    C'est peut être la raison pour laquelle, celui qui veut se convertir au judaïsme doit lui aussi faire cet acte de foi qu'est la "Tevila" (immersion qui n' a pas de raison logique), il affirme ainsi, lui aussi, son engagement au "Nahassé ve Nichma".

    LE MIKVE ET SES SECRETS

    Cela dit, ça n'est pas parce que ces lois sont d’accès et difficile pour l'entendement qu'elle n'ont aucun sens, au contraire.
    Nous allons essayer de dégager quelques-unes de ces raisons cachées, concernant les lois relatives au Mikvé.

    La Thora a développé ces lois essentiellement, en fonction des commandements ayant trait au service Divin; car tout état d’impureté interdisait l’accès au Temple.
    L'on voit que ce qui est le plus susceptible de communiquer l’impureté, c'est un cadavre; La mort est source de "Touma" (impureté) et le moyen que nous donne la Thora pour nous purifier en cas de contact avec un corps mort c'est, l’immersion dans l'eau du mikvé.

    Une femme après sa période de "nidda" doit aussi s'immerger dans l'eau d'un Mikvé; la aussi nous voyons que les menstruations proviennent de la mort d'ovules, qui auraient pu être fécondés et auraient ainsi pu donner la vie.
    Chaque période de règles est une sorte d'enterrement celui de l'espoir d'une nouvelle vie; et provoque le sentiment de deuil de la "mère" qui vit en chaque femme.

    Dans le cas de la conversion, le Talmud nous rapporte que "Des que quelqu'un se convertit au judaïsme, il devient semblable a un nouveau né."
    Le Mikvé est représenté ici comme une matrice maternelle qui permet un processus de renaissance.
    Nous trouvons aussi dans le Talmud l'affirmation que l’arrêt de toute respiration est signe de mort.
    Ainsi celui qui se plonge dans le Mikvé rentre dans le domaine de la non-vie, pour renaître a nouveau a sa sortie de l'eau.
    C'est peut-être la aussi la raison pour laquelle un Mikvé, pour être "kocher", doit être creusé a même le sol, car il représente une sorte de tombe.

    Donc le mikvé représente une matrice et une tombe a la fois, les deux extrémités du cycle de la vie, tous deux lieux de passage entre la vie et la mort.

    "LE FLEUVE QUI SORTAIT D'EDEN"

    "L’Éternel D-ieu planta un jardin en Éden, vers l'orient, et y plaça l'homme qu' il avait façonné. L' Éternel D-ieu fit pousser du sol toutes espèces d'arbres, beaux a voir et bons a manger; et l' arbre de vie au milieu du jardin, avec l' arbre de la connaissance du bien et du mal.
    Un fleuve sortait d' Éden pour arroser le jardin, et de la il se divisait et formait quatre bras. [...]
    L’Éternel D-ieu prit l'homme et l’établit dans le jardin d’Éden pour le cultiver et le garder. L’Éternel D-ieu donna un ordre a l'homme en disant: "Tous les arbres du jardin, tu peux t'en nourrir, mais l'arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n'en mangeras pas, car du jour ou tu en mangerais tu mourrais". (Gen.2:8-17).

    L'homme fut place en état de perfection dans le jardin d’Éden. Après la faute, l'homme est chasse et c'est des lors a l’extérieur de ce jardin que l'homme devra assumer cet état d'imperfection que nous connaissons jusqu’à ce jour.
    Cependant, au beau milieu du récit, la Thora interrompt sa narration sans raison apparente, et nous donne la description détaillée du fleuve qui sortait d’Éden.

    Comme nous l'avons déjà vu, le temple était un sanctuaire ou le mal n'avait pas accès. Ce sanctuaire était une sorte de jardin d’Éden en miniature, entièrement consacré au service Divin, excluant tout ce qui pouvait évoquer la faute d'Adam. Car c'est de la faute d'Adam que toute impureté prend sa source; c'est de la que provient la mort et avec elle la déchéance humaine.
    En conséquence, toute chose liée a cette faute interdira l’accès de ce jardin d’Éden que représente le Temple.

    Un midrache nous dit que Adam après avoir fait "Techouva" (s’être repenti) s'est trempé dans ce fleuve pour tenter ainsi de garder un contact avec le jardin d’Éden d’où il avait été expulsé.
    Comme nous l'avons déjà souligné, le seul moyen de se débarrasser de cet état d’impureté et de rétablir le lien que nous avions avec le jardin d’Éden se fera au moyen de l'eau, qui est le lien le plus important que nous ayons conservé avec le jardin d’Éden. Car nous dit le Talmud: toutes les eaux du monde prennent leur source dans le fleuve qui sortait de ce jardin.

    Et cela expliquerait pourquoi le Mikvé doit être approvisionne par une source d'eau naturelle: pour rétablir un lien direct avec les eaux d’Éden et ainsi sortir l'homme de son exil spirituel.
    C'est la raison pour laquelle le récit du jardin d’Éden est interrompu par une description du "fleuve qui sortait du jardin".
    La Thora nous dit que D-ieu planta l'arbre de la connaissance du bien et du mal dans le jardin. Ainsi la possibilité que Adam faute et soit chasse du jardin existait. Aussi avant même d'y installer l'homme, D-ieu établit un lien entre ce jardin et le monde extérieur: "Le fleuve qui sortait d’Éden"
(base sur: "Les eaux d'Eden" par le Rav Aryeh Kaplan.)

Eden les eaux  jardin Mikve fleuve  qui sortait d'Eden

Comparateur

Panier

Click title to display cart contents.
0 Éléments 0.00Eu

Navigation du livre

Controle de qualité

Teouda Mahon HaMishmeret Stam

Tous nos «Sofrim» sont reconnus et diplômés
du «Mahon HaMishmeret Stam» Bney Brak,organisme
international qui promeut l’intégrité Halakhique
de l’écriture des Sifrei Tora, Téfilinnes et Mezouzot.

Meguilat Esther

Nouveautés

Visiter notre section

Téfilinnes

Tefilines

Votre lettre dans la Toah

Artistes yeoudim

Kabbal-art.com

Visiter notre section Sefer Torah

Sefer Torah

Pesah La nourriture au dela de la matiere

Adn Juif de Sharazhel

Ping your blog, website, or RSS feed for Free